Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /homepages/29/d693892378/htdocs/clickandbuilds/lesaffranchies/wp-content/themes/suzette-an-elegant-blogging-theme/framework/functions/misc.php:57) in /homepages/29/d693892378/htdocs/clickandbuilds/lesaffranchies/wp-content/plugins/post-views-counter/includes/counter.php on line 292
Quand le Curriculum étouffe le Vitae... - les-affranchies
Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /homepages/29/d693892378/htdocs/clickandbuilds/lesaffranchies/wp-content/themes/suzette-an-elegant-blogging-theme/framework/functions/misc.php:57) in /homepages/29/d693892378/htdocs/clickandbuilds/lesaffranchies/wp-content/themes/suzette-an-elegant-blogging-theme/framework/functions/misc.php on line 56

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /homepages/29/d693892378/htdocs/clickandbuilds/lesaffranchies/wp-content/themes/suzette-an-elegant-blogging-theme/framework/functions/misc.php:57) in /homepages/29/d693892378/htdocs/clickandbuilds/lesaffranchies/wp-content/themes/suzette-an-elegant-blogging-theme/framework/functions/misc.php on line 56

Quand le Curriculum étouffe le Vitae…

Les injonctions sur comment écrire son CV foisonnent un peu partout.

Dans la case « Formation », il faut afficher un parcours sans faute, collectionner les diplômes en justifiant des meilleures écoles, vanter ses mentions et montrer que l’ambition nous animait dès nos jeunes années.

La rubrique « Expérience » doit suivre la même lignée : nécessairement la suite logique de la formation, le poste en vue dans la boîte réputée, l’évolution verticale et la rémunération exponentielle, le CDI-Saint Graal avant ses 30 ans, surtout pas de grossesse compromettant les chances de promotion.

Il faut se conformer sur la forme comme sur le fond de nos vies, aligner les paragraphes autant que nos aspirations, justifier le texte et toutes nos décisions, tout contenir dans un recto même si on déborde d’envies, et assurer la cohérence du tout peu importe qu’on ne se sente plus très en phase avec soi-même.

 

Sauf qu’à force de se plier à tous ces impératifs, le Curriculum a fini par phagocyter le Vitae :

  • Le diplôme d’abord fièrement encadré nous a enfermées dans un seul métier « Si tu m’as obtenu, c’est pour m’utiliser.»
  • Le CDI, port de sécurité tant rêvé, nous retient aujourd’hui à quai empêchant d’aller explorer de nouvelles contrées, de voguer vers de nouvelles aventures
  • Les augmentations de salaire n’ont pas suffi pour investir dans les relations qui comptent ni pour racheter le temps
  • Le tic-tac de l’horloge biologique s’est trouvé en décalé par rapport au plan d’évolution stratégique de notre société et notre envie de maternité s’est heurtée à celle de notre Manager qui aurait préféré nous savoir ligaturée.

 

Si vous vous retrouvez dans ce constat, je vous propose de réécrire votre CV en vous affranchissant des règles de syntaxe :

  • vous autoriser à rompre avec cette succession de virgules bien ordonnées, hiérarchisées dans un mouvement vertical, impulsant un rythme haletant où il faut sans cesse enchainer par crainte du point final tant redouté
  • ne plus céder à l’obligation des conjonctions de coordination qu’il faut logiquement placer pour tout rationnaliser
  • ponctuer votre CV de parenthèses là où vous avez eu besoin de souffler, de point d’interrogation sur ce que vous ne pouvez pas nécessairement expliquer, de ratures quand vous avez eu besoin de réécrire, d’un point final pour clôturer une saison qui doit l’être…
  • et pourquoi ne pas tripler ce fameux point, le transformer en suspension pour vous élancer vers un nouveau chapitre de votre vie ?

 

Pour vous aider, voilà 7 conseils à prendre, à laisser, ou à utiliser comme source d’inspiration pour faire votre sur-mesure :

 

1. Le CV au service de la vie

Rappelez à votre CV quel est son mandat premier : être au service de la vie et non pas l’étouffer.

Cela implique qu’il est normal que votre CV reflète votre vie avec ses prévisions et ses imprévus, ses prises de risque couronnées de succès et ses ratés qui font grandir, ses lignes droites et ses zigzags, ses moments de rush et ses temps de pause.

Faites vos choix de vie en fonction de ce qui est pertinent pour vous – par rapport à votre équilibre personnel et à celui de votre foyer – et non selon ce qu’il faudrait idéalement afficher dans le CV.

Vivez votre vie peu importe que vous ne puissiez pas toujours l’expliquer.

 

2. Un diplôme pour servir plutôt qu’asservir

Changez de regard sur votre diplôme.

Plutôt que vous imposer le chemin d’une carrière toute tracée, il représente une clé vous offrant la possibilité d’ouvrir des portes, aujourd’hui, demain ou même jamais. Donnez-vous le droit de l’utiliser, comme de le laisser de côté ou d’en ajouter un pour une reconversion.

Appréciez qu’il élargisse vos horizons, mais ne le laissez pas réduire votre identité à son intitulé.

 

3. Explorer la rubrique « Hobbies »

Considérez la possibilité d’ennoblir un talent passe-temps au rang de profession.

Si vous êtes passionnée et douée dans un domaine, donnez-vous la liberté de convertir l’objet de divertissement en activité professionnelle. Avec les nombreuses possibilités actuelles – auto-entrepreneuriat, formations à distance, congés individuels de formation, etc. – et une bonne dose de motivation, vous pourriez réaliser le rêve de vivre de votre passion.

 

4. Se réaliser hors-curriculum

Donnez-vous le droit de vous réaliser sur le plan personnel.

Nos vies ne se cantonnent pas à nos seules études et parcours professionnel. En fait, elles se réalisent aussi largement en dehors du curriculum à strictement parler.

Cela peut être ce désir de maternité qu’aucune promotion ne pourrait combler, ce projet de congé sabbatique qui nous fait tant rêver, ou encore ce temps de convalescence que notre corps réclame depuis trop longtemps. Autant de projets qui ne figureront pas nécessairement sur notre CV, voire, malheureusement dans l’état actuel de notre société, qui ralentiront peut-être aussi notre ascension professionnelle, mais qui sont essentiels à notre épanouissement.

Osez vous réaliser hors-curriculum – en organisant les aménagements nécessaires pour concilier avec votre vie professionnelle lorsque cela est possible, ou en vous posant les bonnes questions lorsque le choix s’impose :  s’il fallait n’en retenir qu’un, quel besoin je ne me vois pas sacrifier ?

 

5. L’atout chômage

Faites de votre période de chômage un atout plutôt qu’un échec.

Et si le chômage n’était plus une tare qu’il fallait camoufler dans le CV mais une magnifique opportunité que vous pouviez valoriser ?

Déjà parce que si vous survivez à cette période dans une société qui nous fait exister à travers notre métier, c’est que vous avez une sacrée force de caractère à vendre à un futur employeur !

Aussi parce que le chômage offre un bien rare à notre époque : le temps ! Celui de prendre du recul sur une précédente expérience professionnelle difficile, de vous réaliser aussi personnellement, de reprendre haleine pour mieux repartir, d’engranger de nouveaux bagages pour élargir vos compétences ou même d’oser la réorientation, etc.

Ses bienfaits sont aussi nombreux que ce que vous déciderez d’en faire !

 

6. Un bilan humain plutôt que comptable

Refusez de réduire la réussite à des résultats chiffrés.

Au lieu de vous présenter sous le seul angle de réalisations mesurables, choisissez de mettre aussi en avant toutes occasions où vous avez pu démontrer de belles qualités humaines – une parole bienveillante, une position de respect, une attitude solidaire, etc.

Si elles ne sont pas nécessairement quantifiables, leurs bénéfices sont bien réels autant dans la sphère privée que dans celle du travail. Surtout, un savoir-faire peut toujours s’acquérir par la formation ; le savoir-être lui est une beauté de l’âme, un choix de tous les jours, un apprentissage de vie qu’un employeur ne peut pas vous inculquer mais que vous seul pouvez choisir de lui apporter.

Votre bilan humain en dit plus long sur vous que votre bilan comptable !

 

7. Etre guidé par l’épitaphe plutôt que par le CV

Prenez le temps de vous poser cette question : au crépuscule de votre vie, qu’aimeriez-vous voir écrit sur votre épitaphe ?

Puisque rien ne s’emporte dans le cercueil, placez dans des investissements qui vous survivront, des héritages que vous léguerez avec fierté.

Parce que nos jours sont comptés et que ce nombre nous est gardé secret, décidez de travailler pour vivre plutôt que de vivre pour travailler.

 

Et par dessus-tout, VIVEZ !

10 comments

  1. yvonne dit :

    merci j’en avais besoin
    une vraie tasse de punch et de motivation à l’heure où la tendance est au renouvellement de soi, il vaut mieux réinventer sa carrière selon son épanouissement et non celui que dicte la société

  2. Ghislaine dit :

    Superbe article Johanna! Très instructif, piqures de rappel importantes.

  3. Johanna dit :

    Merci pour vos retours !
    Vos commentaires confirment ce que je pensais : parfois on se sent un peu comme des aliens isolés dans cette société… pour finalement s’apercevoir qu’on est plus d’aliens qu’on ne croyait ! 😉

  4. Fabrice dit :

    Tout à fait ! Excellent article. Prendre du recul, être authentique, suivre sa passion, autant de choses que la société actuelle ne nous invite plus à faire.

  5. Cecile dit :

    Bel article qui rappelle le pouvoir de changement de chacun et qui aide à assumer un choix de vie conforme avec son « essentiel « .

  6. Cecile dit :

    Bel article qui nous rappelle notre pouvoir de changement…et qui aide à remettre la priorité des choix de vie à l essentiel.

  7. anais dit :

    merci de dénoncer les réalités oppressantes auxquelles nous faisons face ! tu as exprimé ce que je pense depuis belle lurette !

  8. Christelle dit :

    Super articles ! Je partage.

  9. Edem dit :

    Article très intéressant. Je suis d’accord avec toi que les diplômes ou le cv ne devraient pas nous cantonner à une seule vie!

  10. Cher dit :

    Merci pour cette bouffée d’oxygène qui nous encourage à être libérée et à sortir de notre zone de confort 🙂
    Oui, au final c’est quand on a osé mettre de côté tous les obstacles qui nous passent par la tête (matériels, financiers, géographiques, etc.), qu’on sait ce qui fait vraiment battre notre cœur et c’est là qu’il faut y aller !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez vous à la Newsletter

A Propos de l’Auteure
Articles Populaires
Commandez les cartes de visite
Catégories
Recherche